Projet dès 2016 – Le tour du monde sans argent

Et il y a ces gens qui rêvent les yeux grands ouverts. Ceux qui aiment toujours trop fort, qui collectionnent des objets étranges, qu’un détail peut occuper pendant des mois, ces gens dont les anecdotes sont tellement saugrenues qu’on les espère inventées. Ceux qui n’en font qu’à leur coeur. Ces gens-là, c’est moi.  Je crois que j’ai toujours fait partie des excessifs, des furieux, des ravagés. Le jour où j’ai décidé de voyager, je l’ai fait avec ma démesure habituelle. 

J’ai vingt-deux ans, aucun diplôme, ni aucune possession quelle qu’elle soit. Pas de permis de conduire ni de logement fixe. Pas d’argent à la banque ou de projet rentable à long terme. Pour n’importe quelle personne posée, je suis l’exemple parfait de la branleuse irresponsable, de la hippie qui se mordra les doigts plus tard. J’accepte sereinement la critique. Il faut dire que j’ai raté avec brio chaque étape de la « to-do list » que la société nous impose. En fait, je n’ai même pas vraiment essayé. Je n’ai jamais compris pourquoi je devrais trimer cinquante ans pour un patron qui ne m’estimerait même pas.  Au nom de la bienséance ? Ou alors pour la sécurité ? Je sais que je peux compter sur moi, et même sur des inconnus. Elle est là ma sécurité.

On me demande souvent à quel moment cela m’a pris. Comment ? Et pourquoi ? J’ai du mal à remettre les événements dans l’ordre. Un jour, j’ai traversé huit-cent kilomètres sur un coup de tête, et je ne suis jamais vraiment rentrée. Tout s’est enchaîné; les rencontres, les inspirations, les réflexions, puis les kilomètres. Cela fait deux ans que j’ai quitté mon job et mon appartement pour voyager. Depuis, j’ai parcouru l’Europe sans argent, passé des mois en Norvège, traversé le lac Baikal à pied et la Russie en train, rencontré des nomades en Mongolie, fait la bise à un chinois (je ne savais pas que cela ne se faisait pas), et ai pris le temps de découvrir les Philippines, ce rêve que je nourrissais depuis plus de dix ans.

J’ai parcouru des dizaines de milliers de kilomètres pour briser ce carcan qui me limitait depuis des années. J’ai appris à m’accepter, à m’écouter et à m’aimer. Et je suis parvenu à faire de même pour « l’autre ». Cet autre qui auparavant me faisait si peur. Aujourd’hui, je suis prête. Prête à mettre de côté ma pudeur et ma crainte d’inadaptation. Prête à couper le dernier lien qui me retient à ma vie d’avant, pour aller au bout de mon désir de liberté.

Le tour de monde sans argent 

Le tour du monde sans argent, cela fait deux ans que j’en parle. J’ai commencé par le chuchoter, tel un rêve auquel on ne croit pas trop, et, doucement, ces mots se sont amplifiés. Jusqu’à prendre le dessus sur tout le reste. Dans quelques jours, je retournerai sur les routes du monde, les cheveux en bataille et mon petit corps croulant sous le sac à dos qui abritera la totalité de mes possessions. Je repartirai à la rencontre des vivants, ceux dont la douceur et la bienveillance m’ont fait tant de bien.

L’itinéraire

Quand j’étais petite, mon père nous emmenait mon frère et moi choisir nos cadeaux dans un grand magasin de jouets pour Noël. Son plan était de nous lâcher tels des fauves dans des centaines de mètres carrés pour trouver nos perles rares. On disposait du temps que l’on voulait, on avait l’autorisation de tout tester (mêmes les jouets emballés que la vendeuse ne voulait pas que l’on ouvre), et on avait carte blanche sur notre choix final. Peu lui importait que mes envies se portent toujours sur des objets improbables, pas pour mon âge, que j’avais déjà ou qui étaient vraiment inutiles. Et dieu sait que j’en ai ramené, des nullités. Pour moi, cette sortie avait plus de valeur que les cadeaux en eux-mêmes. C’était un geste de confiance et d’amour inestimable.

Aujourd’hui, je m’offre ce cadeau. Celui de me jeter à corps perdu dans le monde, avec le sourire et l’audace qu’on m’a appris à développer. Je n’ai jamais dressé à l’avance une liste de jouets qui m’auraient plu. Est-ce que je devrais vraiment tracer des flèches sur une carte du monde? Avec tout plein de chiffres, de noms, de dates, de lieux à absolument visiter ? Est-ce que je ne pourrais pas plutôt m’offrir le luxe de la lenteur, de l’inconnu et de la surprise ? Je fais le choix du non-itinéraire.

Mon voyage commence au début du mois de décembre, devant la maison dans laquelle j’ai grandi. Je ne parle pas un mot d’espagnol et j’ai le mal de mer. Pourtant, le plan est de descendre à Gibraltar pour trouver un voilier qui me permettra de traverser l’Atlantique en bateau-stop. Direction « l’autre côté ». Ensuite, on improvisera. Je n’ai pas de date de retour prévue.

Sans argent

‘’ Quelle drôle d’idée ! Mais comment tu vas manger ? Et tu vas dormir où ? C’est trop facile en étant une fille ! Tu n’as pas peur ? Tu n’as pas honte de profiter des gens comme ça !? Ce n’est pas raisonnable. Il se passe quoi si tu tombes malade ? Ouais, mais tu vas quand même prendre l’avion ?! C’est de l’utopie. Tu ne veux pas prévoir un budget « au cas où »? TU VAS MOURIR !!! ’’

Voyager sans argent est un concept en opposition avec tout ce à quoi j’ai eu l’occasion de m’essayer. Cela m’oblige à reconnaitre et à me servir d’instincts que je n’imaginais pas exister en moi. Le matin, au réveil, je ne sais rien de la tournure que prendra ma journée. J’ai une vague idée du pays que j’aimerais atteindre, mais je n’ai pas de train à prendre, aucune réservation d’hôtel et personne qui m’attend, nulle part. Face à ces données inconnues le seul moyen que j’ai de ne pas perdre pied, c’est de lâcher prise. Arrêter d’exiger, laisser les éléments entrer dans ma vie au moment opportun. Et les accueillir avec confiance. C’est ce lâcher prise qui me permet de retrouver de l’harmonie et du sens dans chaque aspects de ma vie. Voyager sans argent c’est se sentir à la bonne place, en toutes circonstances. C’est être si absolument libre que ça en devient absurde. C’est de n’avoir pour limite que mes capacités humaines.

Il est compliqué pour moi de poser des mots sur ce que m’apporte cette façon de voyager. Je ne suis même pas sûre de tout saisir. Malgré les difficultés auxquelles je dois faire face et l’épuisement qu’elles engendrent, je sais, je sens, que ce que je vis me permet d’avancer. Terriblement.

En pratique 

Je n’utiliserai pas d’argent, je n’achèterai pas de nourriture, je ne prendrai pas d’avion. Je n’ai rien contre l’argent mais je préfère ma liberté au confort qu’il m’apporte. Je choisi l’imprévu à la sécurité, l’urgence d’agir à l’inaction. Un entre-deux m’est impensable, j’ai besoin de cette radicalité pour m’épanouir dans ce cheminement. Je ne vous avais pas dit que j’étais un peu excessive ?

Pour essayer de vous donner un exemple plus concret, je vais vous parler de « feu mon smartphone ». Je l’ai acheté il y a quelques années, un Sony Xperia d’un joli vert que j’aimais d’amour. Un amour vache qui a duré près de trois ans. Au début je le manipulais avec envie, et, au fil des mois, c’était devenu un véritable besoin. Une addiction à un objet qui contenait toute ma vie: ma musique, mes images, mes habitudes et même mes connaissances. Je savais que mon rapport à ce téléphone était démesuré et malsain, mais je n’ai jamais pu me résoudre à l’éclater à coups de marteaux. J’étais incapable de commettre consciemment ce geste. Un jour, il est tombé de toute ma hauteur sur le carrelage de la salle de bain et n’a pas survécu à la chute. J’ai perdu mes données, et étonnamment, je me suis sentie soulagée. Je n’ai jamais racheté de smartphone et je n’en vois plus l’utilité. Bref, vous voyez où je veux en venir.

Notez que je ne suis pas non plus dans une démarche de challenge. Si ma sécurité ou ma santé (ou celle de quelqu’un que je rencontre) était directement en cause, je mettrais de côté cette modalité. Je prévois également de débourser quelques centaines d’euros pour les frais de ce voyage (visas et assurance santé). Pour le reste, mes trajets se feront en stop, quel que soit le moyen de locomotion (auto-stop, bateau-stop, avion-stop, chat-stop…) ou à pied. Ma nourriture sera récupérée, offerte, glanée, cueillie ou pêchée. Mes nuits se passeront sur des canapés d’inconnus ou dans la nature et j’espère trouver de jolis coins sur ma route pour faire du Woofing.

Partage 

J’aime parler de mes voyages. J’aime me dire que ce que je fais est bien et qu’en le partageant correctement je contribue, de la façon la plus large qui soit, au bien commun. Depuis deux ans, je filme mes aventures et en publie les vidéos sur ma chaîne Youtube, j’ai écrit des articles et animé des conférences. Aujourd’hui, j’aimerais me frotter à un challenge plus immense : celui d’écrire un livre. Un gros, un vrai, avec plein de chapitres et de citations insupportables de Paulo Coelho. Un qui parlerait de mes voyages, mais pas que. Un livre bordélique et spontané, à mon image.

Le 8 décembre 2016 

Le seul élément qui permet à une idée d’évoluer de l’état de rêve à l’état de projet, c’est une date de départ. Il m’a fallu deux ans pour fixer la mienne. De la recherche à l’essai, de l’intention à la pratique, des questionnements à la certitude que c’est la seule chose à faire. Aujourd’hui, j’en suis à l’auto-dépouillement. C’est contre instinctif de se séparer délibérément des êtres et des objets auxquels on tient le plus. Toutefois, c’est une impulsion qui dépasse ma conscience. « La route m’appelle à nouveau, mais cette fois d’une façon plus absolue et violente encore. Je t’aime, mais je pars. Pardonne-moi. »

Je crois que, malgré mon âge, j’ai bientôt tout testé. J’ai connu la vie engourdissante d’employée de bureau, celle surmenée de travailleuse indépendante, celle de la petite amie à la maison, celle de chômeuse qui feint la recherche d’un emploi. J’ai expérimenté la vie du couple voulu parfait, celle de l’union libre un peu malsaine, puis celle de la célibataire endurcie. J’ai passé des années à me chercher, sans jamais vraiment réussir à me mettre la main dessus.

Je ne sais pas qui nous a mis ça dans la tête, qu’il ne faut faire qu’une seule chose dans notre vie. C’est surement la même personne qui nous demande de choisir qui l’on veut être pour toujours, alors que l’on n’a même pas atteint les quinze ans. J’avoue que je ne sais pas encore « ce que je veux faire quand je serais grande », mais j’ai accepté qu’il n’existe pas de réponse unique à cette question. Et puis, si je ne sais pas précisément ce que je veux faire, je sais quelle femme je veux devenir. Ce voyage, c’est ma façon d’y accéder. Comme un passage initiatique à ma vie d’adulte.

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "Projet dès 2016 – Le tour du monde sans argent"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens
Bianca @ La Grande Déroute
Invité

Échange d’un toit et de repas contre quelques heures de gardiennage, ça te dit?

Nous serons en Asie les 6 premiers mois de 2016 (à peu près) et sinon, on est au Québec… si jamais tu passes par là, fais signe 😛

Sylvain
Invité

Très jolies blogs avec plein d’expérience , j’espère que tu arrivera a se que cherche , je suis comme toi (opinions ) voilà pourquoi je par dans 12 jour faire le tour du monde sans un thune si tu a des conseils je suis preneur ps: mon mail au cas où schmitz.sylvain@gmail.com 🙂 merci et bonnes chance continue le blog

Deborah
Invité

Wow je viens de regarder c’est ouf ! Super projet en tout cas !

Delacombaz
Invité

Chouette argumentation Sarah, bravo, fonce tu as la vie devant toi, profites bien de ce nouveau voyage, je t’adresse plein d’énergie positive et bienveillante, Amicalement.

sarahg
Admin

Merci !!

Manon
Invité

Pour être aussi mordue de voyage, ton projet plein de dynamsime et de détermination, en oubliant les fausses valeurs de notre société uniquement basé sur l’argent, me donne énormément envie ! Jspr que tu y trouveras ce que tu recherches dans les petits moments, après tout c’est comme ça que l’on se forge ! Profites à fond ce ne sera pas simple mais les meilleurs souvenirs sont souvent ceux qui sont les plus durs à atteindre ! Pleins de bisous ! Passes le bonjour au dauphins de ma part 😉

Lilly @af neWs travel
Invité

Whaou! Quelle maturité! J’aurais aimé être comme toi il y a quelques années.. Mais je suis plus terre à terre et j’ai besoin de la sécurité (la société m’a eu, heureusement ça n’a pas duré!). Nous sommes actuellement en Australie, on est comme toi pas de projets, mais avec plaisir de te rencontrer quelque part sur les routes! On essaira de te suivre avec attention! 😉 Bon courage hasta luego !

sarahg
Admin

Avec plaisir ! Tout de bon en Australie 😀

Sarah
Invité

Je viens d’avoir 22ans. Le concours de professeur des écoles. J’aime ce métier et les enfants. Mais je l’ai un peu fait parce que c’est stable. T’as le concours. Ton emploi direct. Et c’est à vie. Je rêve d’avoir le courage de tout plaquer comme toi et de partir à l’aventure. J’en rêve rageusement. J’espère qu’un jour j’aurai ce déclic « fuck, je me casse. » Profite bien. Dommage qu’on puisse pas suivre ton voyage. Mais si le projet du livre abouti, je le lirai avec plaisir.

sarahg
Admin

C’est pas toujours facile de partir, je suis sûre que le déclic viendra au moment voulu 🙂 J’essayerais quand même de publier quelques articles.

claire
Invité

Rien à ajouter, j’adore !

sarahg
Admin

Merci 🙂

Nyamsi Djerry
Invité

Bonjour, sarah.ton projet est courageux, on saisi ta détermination.
Voici une inspiration d’une femme de lettres et actrice africaines qui pourrais t’aider« le courage est la plus importante des vertus parce que sans courage on ne peut pas pratiquer d’autres vertus de manière cohérente». Maya Angelou (1928 – 2014)

Fany - Hit the road Jeanne
Invité

Wahouuuuu! J’adore ta manière de voir la vie, et ton rapport au voyage! Ta présentation est très inspirante, et j’aimerais en arriver au point de total détachement comme toi. J’ai réussi à tout quitter et vivre dans attaches, mais la dernière étape (l’ultime) serait de me séparer de mon très cher Smartphone. Y’a encore du boulot! 😉
En tout cas, j’ai hâte de lire tes aventures… Bonne route!

sarahg
Admin

Haha l’étape crutiale ! Bonne chance à toi 🙂

Sylvain
Invité

Bravo quel courage !
J’ai toujours eu besoin de voyager mais jamais je n’aurai osé tenter un truc comme ça

Cindy\'s Travel diaries
Invité

Ton aventure et ta manière d’écrire sont supers ! Pleins de bonnes choses sur ta route et peut-être à bientôt en NZ ou ailleurs 🙂

sarahg
Admin

Merci Cindy ! Avec plaisir 🙂

Magalie
Invité

Merci merci merci pour tes si jolis mots ! Si vrai et touchant. Je file lire la suite de ton blog 😉

Sonia
Invité
Hello Sarah ! J’adore ton état d’esprit et quelle chance de l’avoir à ton âge, profites-en et suis ton instinct. Moi j’ai commencé à sortir de ma zone de confort il y a qqs années en créant mon café-restaurant, 1 challenge inouï qui m’a apporté tant de chose et surtout une meilleure connaissance de moi. Et l’année dernière, à 43 ans j’ai tout plaqué pour aller vivre à Dublin. Une magnifique année ! Et depuis 1 mois je suis à Rotterdam. Comme toi, je n’ai pas grand-chose mais je m’en porte mieux 🙂 Je ne fais pas mon chemin dans… Read more »
sarahg
Admin

Bravo Sonia ! Oui, chacun sa façon de se trouver, la tienne est belle aussi 🙂 Je te souhaite tout le meilleur.

Philippe
Invité
Bonjour à toi, Mais quel courage tu as à 23 ans, j en ai 45 et tout comme toi j ai envie de tout plaquer depuis 10 ans, je me suis tellement retrouvée dans tes quelques lignes, quelle maturité, je t envie tu as su braver la peur qui me tient toujours. Quel rêve de partir avec mon sac à dos, de découvrir le monde, de rencontrer, de goûter, de vivre quoi ! Comme toi je me dis que tout ça ne sert à rien, une télé grand écran, du matériel à ne plus savoir qu en faire, des fringues… Read more »
sarahg
Admin

Merci beaucoup Philippe 🙂

taupiac
Invité

pas si fauchée que ca ! tu as la plus inépuisable richesse ..celle du coeur et une âme d’enfant …bonne route

Maëla
Invité

Magique, je tombe simplement sur ton blog par hasard. Merci pour tes récits. Ca motive et fait rêver. J’ai toujours rêvé trop loin, tout en faisant mon possible pour les réaliser, jusqu’à maintenant je n’ai jamais été déçue 🙂 Je termine mon projet et cours et la suite c’est LE départ, vivement ! Bonne route à toi

Sara
Invité

Woow quel coup de cœur en lisant ces lignes et quelle belle liberté d’esprit ! J’ai adoré te lire et je te suivrai maintenant dans tes voyages en devorant ce que tú racontes. C’est une chose que je ferai un jour, j’en rêve depuis un moment !

Didier
Invité

Un jour un professeur m’à demandé :
qu’est-ce que tu veux faire plus tard John ?
J’ai répondu :
Je veux être Heureux.
Le professeur m’a dit tu n’à pas compris la question !
J’ai répondu : vous n’avez pas compris la vie !

JOHN LENNON

Sarah
Invité

Je t envie!!
Je n ai pas à me plaindre ma petite vie de femme au foyer est sympa un mari génial des enfants que j aime plus que tout au monde …mais mon rêve de gosse a toujours été celui que tu vis. Je voulais aller de pays en pays partager avec les gens et réaliser mon rêve de vétérinaire sans frontière. ..bref la vie on a décidé autrement.
Mais si tu passe par la lorraine tu auras le gîte et le couvert avec plaisir de t entendre nous conter tes aventures.
Sarah b.

sarahg
Admin

Avec plaisir Sarah, merci de l’invitation. J’espère que tu es heureuse dans cette vie là aussi 🙂

Vanni
Invité

Jaimerais trop faire cme toi . Ta un sacree courage .bonne chance

Ines
Invité
Wouah… mon frère viens de m’envoyer un lien, je l’ouvre au boulot. Sans me rendre compte que cela allez me bouleverser. Sans doute une frustration d’être bloqué a un endroit ou l’on me demande d’être. Je travaille en job d’été justement dans le but de m’être un peu d’argent de côter, pour dans 2ans partir faire le tour du monde avec les seuls êtres que je ne me vois pas quitter, ma fraterie. J’ai 17ans à peine, 18 ans dans peu de temps. Et j’ai eu la chance de voyager deja dans de nombreuses endroits du monde. Depuis peu, je… Read more »
LLLLLLLL
Invité

Il n’est pas nécessaire d’être sur la route pour être heureux. On pense souvent, à tord, que le bonheur se trouve ailleurs… quelque part ou l’on rêve d’aller évidemment… mais il est souvent pas si loin que ça (et j’ai pas mal baroudé pour le trouver^^). Ton aventure est magnifique c’est vrai et si tu es heureuse c’est le plus important selon moi. L’important c’est que chacun le soit à sa façon car les jours sont comptés 🙂

Pour ma part, mon evasion c’est l’escalade alors si tu veux tester un de ces jours 🙂

Elo
Invité

c’est ça la vraie vie ! bravo pour ton courage du « premier pas », ceci me trotte dans la tête depuis un bon moment, je me dis que je sais ce que je perd mais pas ce que je gagne ! Mais bon, un jour, j’espère !

Jennifer
Invité

Bonjour Sarah.
Je découvre ce blog et loin de te trouver glandeuse irresponsable comme tu le décris…
Je trouve ton style et tes idées très agréables à lire ..
Bcp plus âgée que toi , le double d ailleurs ! Je suis a un rournanr de ma vie ou la route m appelle également. Et je vais prendre plaisr a suivre tes avenrures , peit etre nous croiserons nous quelques part !
Jennifer

Lucc
Invité
Salut, je suis tellement admiratif. Admiratif ou envieux ? Ah si j’avais osé… mais je suis d’une génération antérieure ou l’inconnu était encore dit dangereux, quelques années plus tard, mais j’étais déjà « vieux », j’ai tout plaqué pour aller vivre en Casamance, petite région tout au sud du Sénégal, enclavée entre la Gambie et la Guinée Bissau.C’était il y a dix ans. Si un jour, tu passe dans le coin, il y aura pour toi en Casamance un toit et un couvert et je te présenterai à des populations autochtones ou tu pourras vivre de grands moments. Donc note dans un… Read more »
Lucie
Invité

Ton projet est tout simplement inspirant, si tu passe un jour à Londres contactes moi qu’on se boive un café, j’en suis encore au stade de voyager avec une grosse valise pleine de « au cas Ou », Mais j’ai dépassé ma crainte de voyager seule, Et ce fut pour mon plus grand bonheur! Ca serait super cool d’apprendre de tes aventures !

Tchad
Invité
Bonjour l aventurière fauchée Je pense que tu te rappelles pas de moi et de mon cousin. Un après midi,Tu fesais du stop à Trois rivières pour arriver à Saint Anne.Puis nous nous sommes arrêtés pour toi,sur le trajet, nous sommes passé chez ma mère et nous t avons donné de la nourriture. Au départ on allait te déposé à Pointe à pitre mais nous avons changé d avis et nous avons décidé de te déposer à Saint Anne. Depuis ce jour,je me demande si tout va bien pour toi,es que tu es toujours en Guadeloupe. Alors je voudrais avoir… Read more »
sarahg
Admin

Hello Tchad ! Je me rappelle bien de cette journée, de ton cousin et toi. Je vous remercie une nouvelle fois pour votre aide et votre gentilesse d’ailleurs. Pour moi tout va bien, mais j’ai quitté la Guadeloupe. J’ai dernierement rejoint un projet humanitaire pour aider à St Martin après Irma, je ne pense pas repasser par la Guadeloupe, mais je te remercie de m’avoir proposer et écrit !! Prend bien soin de toi, et peut-être que l’on se recroisera 🙂 Sarah

Tchad
Invité

Coucou Sarah
Je suis très content d avoir de tes nouvelles et de te savoir en bonne santé
Alors tu es à St Martin,ben courage et soit out soit sut tes gardes parsque c est la merde et le koi.Fait attention
Nous,nous allons affronté l ouragan Maria se soir.
J’espère rester en contact avec toi et te suivre sur ton blog.
Au faite jme suis abonné.
(Ps:pas la peine de nous remerciez,on l à fait avec le coeur.
Bisous bye bye
Que Dieu te protège
TCHAD

wpDiscuz